L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'outillage pour l'orgue de barbarie du minimum au plus que complet

outillage1.jpg

 

L'outillage minimum est une question récurrente et un soucis pour les débutants et avant d'être des retraités sur-équipés nous avons (presque) tous été jeunes et fauchés. L'expérience montre qu'à condition d'avoir un peu d'imagination et d'huile de coude, avec quelques tours de main,  une perceuse sur colonne, une scie sur table, des ciseaux à bois, une râpe, du papier de verre, et quelques serre-joints la tâche est accessible.

 

https://static.blog4ever.com/2010/06/419759/artfichier_419759_5277512_2015111211300.jpg

 

"Quelques serre-joints" est un euphémisme:

 

Si l'on est très outillé, pas de problème ! Mais pour les autres, une scie sauteuse ou à chantourner, une ponceuse à bande et lapidaire, une défonceuse sous table sont un complément très recommandé.

 

Les outils complémentaires comme un touret avec meules à gros grains et et une à grain fins permettent l'affutage et l'ébavurage. Une presse à main avec des matrices pour les sertissages, une cisaille pour couper du métal comme les cordes à piano, ne sont pas absolument indispensables mais bien utiles pour des cas particuliers et moins courant dans nos ateliers.

 

Par la suite un rabot stationnaire, une dégauchisseuse une  scie à ruban, sont indispensables et peuvent être suffisantes, pour vous permettre de partir de bois bruts, donc de troncs ou de branches récupérés. Mais là aussi ce n'est pas toujours suffisant.

 

Pour ce genre de matériel éviter les marques en promotions des supermarchés du bricolage dont les consommables comme les lames de rechanges et pièces détachées type; courroies crantées et pignons en plastique, paliers (en lieu et place de roulements à billes), charbons de moteur etc.. ne sont rapidement plus approvisionnées ce qui rend votre matériel de plus en plus vite inutilisable et obsolète. D'autant plus vite que la législation autorise périodiquement à raccourcir le délai d'obligation de maintenir ces consommables en magasin pour les revendeurs au mépris de l'intérêt des utilisateurs.

Préférez une marque pérenne même si elle vous paraît plus chère au départ. On récupère très rapidement son investissement du seul fait de pouvoir l'utiliser plus longtemps sans être obligé de  mettre votre matériel en décharge faute de pouvoir renouveler un éléments trop fragile et devenu indisponible. C'est ce qu'on appelle l'obsolescence programmée. Il faut donc aller les chercher dans des magasins spécialisés.

 

Ma devise:

Il vaut mieux en avoir une blanche et droite plutôt qu'une black et d'équerre qui peut vous lâcher à la première utilisation (expérience vécue).

 

Il faut avoir en mémoire que nos anciens qui ont fabriqué les premières orgues de barbarie n'avaient pas l'électricité ni les rayons de supermarchés du bricolage. Ils faisaient tout avec des outils à mains et fabriquaient même leurs vis.

 
Généralement les difficultés d'un débutant viennent de l'absence de rabot pour obtenir l’épaisseur des planches de fûtes (3mm en partant de 10 mm avec de la frisette par exemple), de la réalisation du rouleau presseur et de  la flûte de pan qui demandent une précision au 1/10 mm sur 27 trous espacés de 4.2mm, ce qui n'est possible qu'avec une table d'avancement croisée et une fraiseuse.

Il est effectivement plus facile de s'équiper d'une  table d’avancement croisée avant d'envisager la fraiseuse ou le tour fraiseur.

 

La réalisation des deux poulies d'entrainement de la courroie ne nécessite pas impérativement de tour (même si cela peut simplifier le problème).  Le tour est aussi indiqué pour le rouleau cannelé (qui peut être supprimé et remplacé par les rouleaux lisses anti-waps) On peut réaliser les poulies de son premier orgue sur une perceuse sur colonne avec un montage de fortune. Dans le fond un tour fonctionne comme une perceuse sur colonne en position horizontale à laquelle on a ajouté une pointe si possible tournante.

Un rabot et un tour équipé d'une table d'avancement croisée sont des investissements assez lourds et qui peuvent coûter plus chers qu'un orgue neuf et donc que l'on n'envisage que si son activité s'étend aussi à la menuiserie domestique ou d'autres activités que la construction d'un orgue unique.

Pour contourner ce problème la solution la plus simple: faire appel aux constructeurs amateurs qui sont équipés et qui acceptent de recevoir dans leur atelier les copains qui font des demandes d'aide sur les forums.

On peut aussi louer à un professionnel ou emprunter ce matériel (à un très bon copain et très confiant).

En dernier recours acheter le rouleau presseur et la flûte de pan toute faite à un BOB (bricoleur d'orgue de barbarie) qui une fois sa machine réglée en fait quelques un en plus pour dépanner les copains et amortir son outillage et ses investissements contre un paiement raisonnable (ce genre de commerce ne peut nourrir son homme et doit plutôt être considéré comme un service sauf pour les radins qui pensent qu'on leur doit tout gratuitement (si, si on en connait).

 

Là aussi les appels sur les forums sont indispensables (un nom revient Bernard T. qui a dépanné quantité de BOB en détresse sur le forum des LJTM qu'il en soit remercié).

 

Un vilebrequin soudé demande donc un poste à souder ou plutôt  un chalumeau et non pas à électrodes rutiles mais à enrobage avec teneur en argent comme celles obligatoires pour les brasures gaz!
Afin d'éviter cette opération allez voir l’article le vilebrequin sans soudure.

 

Et ce n'est pas encore fini il vous faut encore des outils spécifiques:

Un outil indispensable mais très accessible sera l'accordeur pour mettre les flûtes au ton et ré-accorder son orgue de temps en temps.

Un accordeur gratuit http://www.commentcamarche.net...

 

Et enfin   le pèse-vent un outil gratuit et indispensable pour régler la pression de la réserve.

Dans le même esprit il peut être utile voire nécessaire de se confectionner un  banc de collage surtout pour les basses et pourquoi pas un banc d'essais pour les flûtes. (objet d'un article futur)

 

Pour réaliser les lumières de nos flûtes des "limes bricolées" à partir de chutes de bois taillées en biseau de largeurs différentes avec des bandes d'abrasifs de grains variés de gros à très fins nous faciliterons le travail pour harmoniser avec la méthode du réglage en lumière.

 

Il reste une solution économique et accessible à tous s'inscrire dans une association comme les  passionnés du bois qui met à disposition un atelier de pros pour ses adhérents et vous présente d'autres adhérents qui ont déjà construit un, voir plusieurs orgues. Ils sont en général source d'économie de temps et de partage d'expériences.

 

Pour résumer l'outillage courant est suffisant si on considère que le tour avec sa table d'avancement croisée et le rabot son "contournables" mais ils deviendront vite très utiles si vous étendez votre activité à la musique mécanique en général.

Pour ceux qui n'ont pas de formation en menuiserie ou mécanique générale, ne pas non plus négliger l'aspect  sécurité lors de l'utilisation de machines à outils coupants. Car posséder des machines ne suffit pas encore faut-il apprendre à s'en servir en toute sécurité et les équiper des accessoires, des outils complémentaires et des consommables indispensables dont l'achat peut dépasser assez vite le montant de la machine initiale.

 

 Il vous faudra aussi pour des raisons évidentes apprendre à affûter ou trouver un affûteur professionnel car les outils de coupe s'usent vite et ne sont généralement pas systématiquement jetables. Là aussi il existe des  solutions modernes comme les outils à plaquettes (jetables), plus chers mais plus pratiques, ainsi que les outils à coupe hélicoïdale plus souples et moins bruyants. De même que les outils à limitation de passe plus sécuritaires et eux aussi toujours plus chers qu'un outil de base ordinaire.

Donc ici aussi après le stage d'orgue de barbarie dans le cadre des passionnés du bois un amateur trouvera d'autres stages comme l'affutage, le travail du bois à la main,  les machines électro-portatives , la défonceuse, etc...

 

Si vous vous lancez avec déjà un atelier conséquent vous allez rapidement glisser sur la pente douce de l'équipement semi professionnel suite à l'envahissement des copeaux et de la poussière qui débouchent sur la   centrale d’aspiration  avec son réseau de tuyaux complétée de celle de   filtration pour la protection des voix respiratoires dans un atelier fermé.

Un très bel exemple d’atelier complet celui de Nicolas de copain des copeaux pas une poussière à croire qu'il n'y travaille pas! Mais c'est parce qu'il vient de l'installer.

 

Il ne faut pas oublier quelques outils complémentaires indispensables mais courants pour un bricoleur comme les tarauds et filières.

 

les consommables et fournitures comme les colles, la  quincaillerie et visserie tout un tas de diamètres et longueurs en inox , laiton ou acier, les inserts, les peaux, la boursette, la baudruche, le ou les vernis, les abrasifs, les forets à bois et métaux, les lames de scie circulaires ou à ruban, de scie à mains pour bois ou métaux, scie sauteuse, scie à chantourner, les scies cloches pour VMC et les mèches Forstner pour les VMT.

 

Un exemple d'outil peu courant qui devient un auxiliaire indispensable l’humidimètre qui permet de mesurer l’humidité résiduelle du bois que l'on stocke pour faire son orgue pour vérifier que l'on atteint les 10% pour pouvoir le travailler en évitant certains inconvénients comme les retraits différentiels en sachant qu'un bois commercial est considéré comme sec s'il est vendu avec au plus 22 à 25% d'humidité ce qui est loin d'être suffisant pour nous. Et encore faut-il savoir s'en servir en plantant ses aiguilles en fonction du fil du bois pour obtenir une lecture correcte.

Et si vous vous lancez aussi dans le système midi même en s'approvisionnant de cartes midi et lecteur SD toutes montées comme celles  d’Orgautomatech il vous faudra faire quelques soudures et raccords de circuits imprimés pour les borniers:

une plaque pré-sensibilisée un typon et une insoleuse (ou plus simple encore une plaque ordinaire et des transferts auto-collants). On peut aussi se fabriquer une insoleuse à bon compte, en récupérant un scanner et en changeant les tubes de lumière blanche par des tubes à Ultra Violets.

Au sujet des typons, il est couramment affirmé que les imprimantes à jet d'encre n'ont pas un noir suffisamment saturé. Il suffit de rentrer dans la configuration de l'imprimante, pour justement lui indiquer de saturer au maximum l'encre noire, pour obtenir des typons sur transparent satisfaisants (pas besoin d'en faire plusieurs superposés ou d'acheter une imprimante laser).

 

La graveuse pour ce genre de circuit peut avantageusement être constituée d'un bac à plat type développement de photo argentique qui traine dans le grenier, à coté de l'agrandisseur qui ne sert plus non plus depuis l'achat de son appareil numérique. Une résistance d'aquarium et une pompe à air ordinaire (pour poisson rouge) et le tour est joué. Un bain de perchlorure pendant 10 à 20mn et le cuivre disparait sauf où il faut! Reste plus qu'à percer avec des mini forets et la mini perceuse qui tourne à 10 000 t/mn.

Encore un outil spécifique type Dremel avec son support et ses forets de petits diamètres!

 

Par contre investir dans une station de soudage thermostatée à affichage de température procure un grand confort et une grande sécurité qui évite les soudures sèches sur les picots des borniers et les fils dénudés.

un article pour savoir la choisir.

 


station-de-soudage-numerique.jpg

 

Se sont des investissements qu'on ne peut envisager pour un orgue unique. Mais plutôt comme un investissement pour le bricolage et surtout l'électronique en général. A moins que  votre activité professionnelle ne vous donne accès à ce genre de matériel gratuitement.

Le secteur électronique sera d'autant plus utile si vous envisagez de vous lancer dans la construction d'une perforatrice pour produire vos cartons.

L'équipement complet d'un atelier est une question d'investissement financier mais aussi d'expérience personnelle en fonction de son activité et de ses besoins. Son agencement s'étale largement dans le temps et évolue aussi avec les époques et la technique.

 

Les outils à lecture digital et commande numérique n'existaient pas il n'y a pas si longtemps ils ont aujourd'hui investit les ateliers amateurs mais les coûts freinent cette vitesse de pénétration. Il n'y a qu'à rechercher et constater le nombre restreint d'ateliers équipés d'imprimante 3D ou de machines à variateurs électroniques des moteurs, plutôt que des courroies que l'on ne change jamais de pignons.

 

La lecture digital pour nos pied à coulisse, palmer, humidimètre, inclinomètre, règles de mesure en XYZ, thermomètre, voltmètre, etc... a considérablement amélioré le confort de lecture qui évite les erreurs. 

 

Il existe pourtant des systèmes très performants qui peuvent éviter les accidents comme dans cet exemple:

 

 

Mais aucun magasin de bricolage ne nous propose ce genre de matériel qui ne coûte que 70$ donc plus ou moins  64€! suivant le taux du jour, Nous n'avons en fait qu'un choix restreint et une information tronquée!

Ce qui n' est pas le cas d’autres pays !

Bien entendu après chaque déclenchement, même intempestif, il faut remplacer la lame de scie voilée plus la cartouche explosive (comme l'air-bag de votre voiture) et la pièce de freinage! Mais à chacun de fixer le prix de ses phalanges!

 

Les nouvelles technologies nous proposent des machines évoluées comme les imprimantes 3D et les CNC. Elles semblent nous simplifier le travail mais il faut bien avoir en mémoire plusieurs aspects:

Ce sont des investissements important en argent si on les achète neuves ou un gros investissement en temps si on est capable de les construire. Mais une fois en état de marche il faut généralement les alimenter en fichiers informatiques sous des formats de logiciels complexes qu'il faut savoir appréhender avec une grande rigueur. Tout ce temps investi en apprentissage pour des pièces unique comme une flute de pan ou un rouleau presseur ne peuvent justifier une telle perte de temps sauf pour sa culture personnelle et le développement d'autres activités complexes ou répétitives.

 

Il y a tout de même des choses surprenantes qui vont certainement se développer comme cette drôle de défonceuse qui fonctionne comme une CNC.

Son utilisation et sa programmation vraiment facile et intuitive. Le  débat est très récent et il reste un peu de travail aussi.

 

Il existe des équipements utiles que l'on nous propose  comme cet outil qui est vendu trop cher:  par exemple ce miroir pour percer  perpendiculaire (28€) alors que l'on peut se le fabriquer gratuitement avec un  plateau de disque dur récupéré.

 Ou encore à l'inverse des outils inutiles comme cette pince à souder la courroie thermosoudable pour laquelle le temps perdu à la fabriquer ne pourra jamais se rattraper puisqu'on peut faire plus simple et/ou plus rapide. Sauf si vous tremblez trop à cause de l'alcool ou d'une saloperie de maladie comme parkinson! Mais alors vous ne pourrez plus non plus fabriquer ni la pince, ni un orgue.

 

Donc un conseil simple si vous débutez avec l'atelier minimum, s'associer avec un BOB correctement équipé vous permettra d'acquérir l'expérience qui vous permettra de décider sereinement de l'outillage indispensable pour compléter votre atelier. Et devenir un jour un retraité sur-équipé qui à son tour, transmettra le virus de la musique mécanique. Mais surtout ne jamais oublier qu'un outil coupant est très dangereux et qu'il faut en même temps que l'outil, acquérir les reflex et habitudes de travail en sécurité qui vont avec, pour permettre de garder tous ses doigts, pour un jour taper sur un clavier et pouvoir transmettre son savoir faire.

Ceux qui prétendent avoir tout appris seuls sans aide sont des menteurs et des truqueurs dangereux pour eux-mêmes et tous les crédules qui pensent pouvoir les imiter (le pire c'est que j'en connais).

Car depuis l'âge de pierre si le savoir se transmet collectivement et concerne le cerveau, l'expérience quand à elle s'acquière de façon personnelle et passe par les mains et l'outil .

 

sécurité1.jpg

 

 Nos réussites sont toujours encourageantes, mais ce sont nos échecs qui nous permettent de  progresser.

 

Un lien vers un fournisseur d'outillage par correspondance Otelo:

 

 

Bibliographie

comment bien usiner le bois

entretien et affûtage des outils de coupe

propositions amazone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



04/02/2015
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 99 autres membres