L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

L'orgue de barbarie de Bernard et Philippe

forme et volume des chambres de noyaux

 deformation.jpg

 

 

 où la question est:

"Je voudrais savoir si sur le noyau d'une flûte la dimension de la chambre a une incidence sur le son de la flûte et si oui  alors quelle dimension ou volume lui donner merci pour vos réponses "

 

 

La réponse demande bien sur quelques précisions:

C'est une question que l'on a tous posée mais qui n'a pas de réponse bien justifiée!

Personnellement j'applique sans trop savoir pourquoi les dispositions suivantes:
les flûtes ressemblent à ça:

 




le noyau c'est la partie 5
la chambre la partie 6

le volume de la chambre est défini par
la hauteur du noyau (b) qui pour des raisons esthétiques est constante sur un même rang mais quelque fois plus importante pour les basses quand elles sont sur un deuxième rang
la largeur interne (f) qui augmente en descendant dans les basses (mais moins vite que l'allongement de la longueur interne en raison de la progression)
la profondeur interne (c) qui elle est proportionnelle à la longueur selon une règle moins évidente à dégager mais qui est calculé par le diapason.

du coup le volume augmente pour les basses mais pas avec un calcul, simplement par construction avec les côtes de constructions de son diapason qui sont bien le résultat d'un calcul mais pour le corps de flûte en fait. Bien évidemment cela a une influence mais par effet venturi.

La  pression mesurée dans la chambre est donc variable et d'autant plus importante que la chambre est plus volumineuse. C'est plutôt favorable quand on connait les effets du  diagramme de Fletcher  et les besoins  pour l’alimentation en air de nos basses.

des exemples de diapasons:
Diapason méthode Ising

Diapason méthode V.de Vrie

Diapason méthode progression progressive


je recommande le dernier mais il y en plein d'autres qui circulent sur les sites des copains comme celui de Michel Fischer qui est dans son cahier de construction de stage ou celui de PP sur son site.

Ensuite il y a

la forme des arrondis,

la pente du biseau,

le fini de la surface du canal de la lumière qui joue le rôle le plus important et qui est nettement prépondérant et là non plus il n'y a pas beaucoup de littérature sur le sujet.

 

Pour les arrondis et doucines il y a déjà un article pour ce qui se passe dans les vannes à membrane mais pas encore d'étude pour les noyaux et lumière.

Sur la pente du biseau non plus! Mais à priori ce n'est pas trop important.

Par contre sur le canal de la lumière il y a une étude sur  les couches limites et l'aspect lisse pour rester dans le domaine laminaire lors de l’harmonisation en lumière.

 

Une astuce pour fabriquer les noyaux:

On part d'un carrelet de longueur importante genre 2m aux dimensions du noyau de la plus grosse flûte on en coupe une longueur de la hauteur du noyau et éventuellement pour la où les cales de collage puis et on le rabote sur la longueur restante en passant aux cotes (largeur et profondeur) de celles de la suivante, et on recommence.

Pour un 42 il faut un carrelet de 62*46 mm pour les 15 flûtes de montre et un autre de 33*25 mm pour les 27 de l'arrière.

Enregistrer

Enregistrer



05/04/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 76 autres membres